Rossanaz et le Colombier, dans le Massif des Bauges, en Savoie
Vue du sommet du Colombier - 2045 m - Massif des Bauges

Accueil // Les Bauges // Le Chéran

Le Chéran

.

Le Chéran est en grande partie inclus dans le Parc Naturel Régional du Massif des Bauges.

Son bassin versant (433 km2) est très fortement constitué de forets ou territoires agricoles.

Le Chéran est une des dernières rivières sauvages de France.

Présentation du chéran

Le Chéran prend sa source sur le versant Sud de la pointe de Chaurionde, sur la commune de CLERY (Savoie).

Dans sa partie supérieure, jusqu'à Ecole, le Chéran est un torrent de montagne. Puis, il arrose le Châtelard, Alby-sur-Chéran et Rumilly. A hauteur d'Allèves, le Chéran est enjambé par un pont (le pont de l'Abîme) à 94 mètres au-dessus des eaux. Avant de se jeter dans le Fier, il aura parcouru 54 km.

NB : Vous pouvez aussi parcourir le sentier découverte du pont de l'Abime. Départ du pont, parking côté Cusy.

La vallée du Chéran a un boisement naturel très riche : aubépines, chênes, saules, aulnes, vernes, trembles, frênes, noisetiers, troènes et prêles, en plus des arbres communs : fayards (hêtres), érables et résineux.

Principaux affluents du Chéran au coeur du Massif des Bauges

  • des torrents à forte pente : Nants de l'Enfer, d'Orgeval, de la Lanche, d'Arclusaz, de Cherel, de Rossanaz...
  • le Grand Nant et le Nant de Jarsy
  • le ruisseau des Grands Prés
  • le Nant d'Aillon (principal affluent du Chéran), à 1 km des Sauges et donc, de nos gites.
  • les Nants de St François et de Bellecombe

Hydrologie

Le débit du Chéran est observé depuis plus de 60 ans (1950), à Allèves, sur la Haute-Savoie.

Il se situe, en moyenne annuelle, autour de 7,8 m3 par seconde. Mais le Chéran présente des fluctuations saisonnières bien marquées.

Les hautes eaux se répartissent en 2 périodes :

  • la premiere, en fin d'automne, correspondant aux pluies d'automne avec un débit mensuel moyen supérieur à 8 m3 par seconde pour ces deux mois.
  • La seconde (de 10 à 13 m3 par seconde) se produit au printemps, de mars à mai inclus, (avec une pointe très nette en avril) et correspondant à la fonte des neiges.

Ensuite,le débit baisse rapidement (étiage à 3,5 m3 par seconde en août) avec des débits instantanés inférieurs à 1 m3 par seconde parfois.

Mais ces moyennes ne sont que mensuelles et effacent des crues parfois spectaculaires : presque 150 m3 le 15/02/1990

Retour en haut de page

Les tours Saint Jacques, à Allèves

Orpaillage et Chéran : la fortune ?

Le Chéran est renommé pour contenir des paillettes d'or. Il en charrie environ un demi-gramme par tonne d'alluvions arrachée par le torrent aux glaciers, aux rochers et aux filons de quartz. C'est un or pur à 22-23 carats.

De nombreux orpailleurs, depuis les Sarrasins jusqu'aux habitants du Faucigny, de Genève, de Tarentaise ont été attirés. Les paillettes se vendaient à Chambéry, Genève ou Lyon. Suite à cet afflux, une ordonnance interdit que l'or du Chéran, de l'Arve ou du Fier ne sorte du territoire.

Pour anecdote, en 1867, un gardien de chèvres trouva une pépite de 43,50 grammes près du vieux pont d'Alby-sur-Chéran. Celle-ci est exposée au musée d'Annecy.

.

Retour en haut de page

Activités & Loisirs sur le Chéran

Sports en eaux vives

Le canyoning et le kayak peuvent aussi se pratiquer sur certaines parties du Chéran, notamment du Pont d'Escorchevel au Pont de Bange, soit 9 km. La période de pratique va de début mars à début octobre. La plage horaire s'étale de 10h à 17h30 et le débit minimum fixé à 5 m3 par seconde.

Pour plus de renseignements, consulter le code de bonne pratique des sports d'eaux vives sur le Chéran

Plan d'eau du Châtelard et de Lescheraines en 1ere et 2eme catégorie.

Pêche classée en première catégorie, d'une longueur de huit kilomètres, avec pour poisson principal la truite fario, dans le Chéran ou le nant d'Aillon.

Retour en haut de page

Gestion du Chéran

Le Syndicat Mixte Interdépartemental d'Aménagement du Chéran (SMIAC), basé à Alby/Chéran, regroupe, depuis 1995, 35 communes du bassin du Chéran et a pour vocation de protéger la rivière.

Plus d'infos sur le Chéran, site WEB édité par le SMIAC.

Retour en haut de page

Retour en haut de page