De la crête de Margériaz, vue vers  laFéclaz.
De la crête de Margériaz, vue vers l'ouest (Féclaz) - Massif des Bauges - Savoie.

Accueil // Marches & rando. // Rando - Vallée d'Aillons // Margériaz, par le Golet de l'Agneau.

Margériaz, par le golet de l'Agneau.

.

Margériaz (1845m) se présente sous deux aspects opposés : un grand plateau, incliné nord-est, occupé par l'alpage l'été et les remontées mécaniques du stade de neige du Margériaz en hiver et la falaise abrupte au sud-ouest qui domine la Commune des Déserts et le Col de Plainpalais.

Margériaz est surtout une montagne karstique où l'érosion est intense. La Tanne aux Cochons est la cavité la plus profonde de Savoie ( -825 m et 18 km de galerie ) et la Tanne du Névé, grotte de 15 m de profondeur où s'accumule la neige, est assez spectaculaire.

PS : Diaporama maxi-taille en cliquant sur les photos + roulette de la souris (ou flèches) pour le défilement.

De nos gites, rejoindre le col de Plaimpalais en passant par Lescheraines, le Noyer ... et se garer en prenant le chemin coté Margériaz

Du parking, juste avant la cabane du perchiste, monter par le chemin sur la gauche ou la piste par la droite. Il faut arriver au dernier pylône du tire-fesses.

Auparavant, il y avait un deuxième téléski, plus petit, mais il a été démonté.

Cet unique remontée fait partie du domaine skiable alpin de Savoie Grand Revard.

Sur le contrepoids du pylône est peinte une flèche bleue qui indique la direction à prendre (sur la droite en regardant la falaise).

Un sentier peu marqué part en travers, en pente assez régulière. Il faut bien ouvrir l’œil pour trouver les marques et flèches parfois peu visibles, en bleu. Souvent, des cairns dressés ça et là vous confirmeront le sentier.

La côte devient plus raide passé 1500m d’altitude.

A un croisement, laisser le chemin qui part sur la gauche (barré par des croix bleues) et poursuivre donc à droite le sentier devenant de plus en plus caillouteux et pentu.

Monter dans le pierrier jusqu’au pied de la falaise.

Prendre à gauche le passage équipé du 'Golet de l'Agneau' (câbles / barres de fer / échelle) qui franchit un ou deux ressauts rocheux avant d’atteindre une faille étroite presque horizontale mais assez haute, qui mène au plateau sommital.

Fin mai, il restait encore un petit névé.

Important : Au pied de la falaise, la voie du ‘Trou de l’Agneau’, sur la droite, est d’accès plus difficile (vide / escalade de bon niveau / rocher friable) et réservé au marcheurs expérimentés et sûr d'eux.

On débouche entre les arrivées des téléskis du golet et de l'agneau, à proximité de ce dernier.

La vue est très belle sur les principaux sommets du Massif des Bauges (Mont Colombier, Dent de Rossanaz, Dent d’Arclusaz, Mont Trélod, Dent des Portes) et plus loin sur ceux des Massifs des Bornes (Tournette) et des Aravis (Mont Charvin, L’Etale) ainsi que la Chaîne du Mont-Blanc.

Le lent travail d'érosion de la roche calcaire par l'eau a modelé le paysage pendant des millions d'années : Goufres, lapiaz, marmites de géant, dolines, ruelles de karst...

Et du sommet de Margériaz, vous êtes tout près de l'arche et la névière du Pont de Pierre, une des curiosités géologiques remarquables à ne pas rater !

Pour vous y rendre, longer la crête jusqu'au sommet du télésiège.

Un 1er goufre fermé et sécurisé n'est pas loin de l'arrivée mais il faut filer encore vers le sommet du téléski de la bergerie.

Marcher en direction de la falaise pour trouver cette arche (entouré d'une barrière de bois).

le pont de pierre est un puits de 14 mètres sur 10 mètres de large et 10 mètres de profondeur.

Ce pont naturel de pierre fait environ un bon mêtre de largeur.

A la fin mai 2017, il subsite encore un bon névé sous l'arche malgré un hiver peu neigeux.

Auparavant, tout ceci était souterrain mais l'érosion a fait son lent travail de mise à jour.

Comme pour les lapiaz (ci contre, à crêtes aiguisées car ils ont évolués à découvert), le temps passe à l'échelle des millions d'années.

Une des autres particularités de Margériaz, c'est sa spéléo-rando.

Un circuit en aller-retour, sécurisé, dépaysant, magnifique, instructif et passionnant.

NB : Compter environ 1h-1h15 pour la découverte sous terre, sans la marche d'approche.

De la névière du pont de pierre, descendre au chalet de la Bergerie puis rejoindre le sentier balisé des 'Tannes et glacières'.

A la tanne au névé, remonter de 200 m vers le sud, sur votre droite, pour rejoindre l'entrée par la 'Porte Cochère'.

A ne rater sous aucun prétexte, la Spéléo-Rando de Margériaz, c'est tout simplement sublime et époustouflant !

Plus d'info avec ma page perso sur la Spéléo-Rando de Margériaz , sur ce site WEB.

De la spéléo-rando, le retour peut se faire comme à l'aller via le golet de l'agneau et descente sur Plaimpalais.

Comme d'habitude, je préfère partir sur une boucle, même si aujourd'hui, cela fait bien plus long.

En fait, on part plein sud pour contourner les falaises de Margériaz, pratiquement à l'opposé du point de départ !

Il faut donc remonter le 'sentier des tannes et glacières' vers l'alpage, laisser la bergerie sur votre droite puis prendre au sud le sentier bien marqué qui mène au col de la Verne (1520m).

Du col, descendre vers la Sétéria (920m, point bas de la boucle) par un beau sentier en forêt. C'est le GR96 du massif des Bauges.

Arrivé à la Sétéria, on repart vers le nord par un chemin agricole qui monte légèrement.

On est sous les falaises mais avec la végétation, on ne voit pas toujours bien.

Avant 'la Labiaz', le sentier débouche en bordure de prés.

Les planeurs décollant de Challes-les-Eaux viennent vers les crêtes de Margériaz. L'exposition est sud et les courants thermiques doivent être bons.

Il reste à continuer le sentier vers le nord, vers le col de Plainpalais, avec une bonne montée et rejoindre la piste de ski, puis le parking.

La boucle fait environ 1500m de dénivelé cumulé avec la descente à la spéléo-rando et retour par le sud.

la montée seule depuis Plaimpalais jusqu'à la crête fait moins de 700 m.

Retour en haut de page