Vue depuis les rochers de la Bade.
Panorama depuis les rochers de la Bade. Le Colombier à gauche - Massif des Bauges - Savoie.

Accueil // Marches & rando. // Rando - Vallée d'Aillon // Les rochers de la Bade.

Les rochers de la Bade, depuis Aillon le Jeune.

.

Superbe traversée de l'arête du Sud au nord du Rocher de la Bade. De belles et nombreuses fleurs en ce 24 juin 2018.

Le retour se fait en boucle depuis le col de la Cochette par le GR de Pays. Environ 1000 m de dénivelé.

Comptez 3h00 pour monter et autant pour le retour. Si Colombier et croix de Rossanaz en plus comme décrit ci-dessous, environ 1700m.

PS : Diaporama maxi-taille en cliquant sur les photos + roulette de la souris (ou flèches) pour le défilement.

En partant de nos gites, remonter la vallée des Aillons pour rejoindre Aillon le jeune.

Au chef-lieu, tourner devant l'office de tourisme en direction de la station et garez-vous 500m plus loin, au lieu-dit 'crévibert' - 932m.

Le sentier part sur la gauche de l'ancienne carrière.

Au départ du village de Crévibert, prendre le sentier des orchidées.

Prendre la direction du Col de la Cochette (panneau). Le balisage est bleu jusqu’au col.

Un peu plus haut, on quitte le sentier botanique et on suit la direction Tour des Bauges.(GR96 Tour des Bauges).

Le sentier monte régulièrement, pas trop raide, pour arriver à une autre intersection. Suivre Rocher de la Bade / Col de la Cochette.

A l’intersection suivante, vers 1300m environ, quitter le GR96 pour monter à gauche direction ’Rocher de la Bade’.

Jusqu’au sommet, le balisage en bleu sur les arbres et rochers est bien marqué. Aucun risque de sortir du sentier, le marquage a été refait récemment.

La première partie de la montée est assez physique puis on quitte progressivement la forêt pour progresser dans les rochers et l’herbe jusqu’à la cime des Rochers de la Bade.

Un joli petit panneau de bois nous indique le sommet (1850m).

Au sommet, un très beau panorama nous attend sur le Mont Blanc, les Bauges dans son intégralité, la Vanoise, le massif de la Lauzière, Chaine des Belledonnes, La Chartreuse...

Pour le retour, deux possibilités. Le plus simple mais le moins logique est de revenir sur nos pas.

Le plus évident mais moins facile est de continuer sur la crête jusqu’au col de la Cochette - 1694m.

Sans être techniquement difficile, le parcours est plus sérieux.

En direction du col de la Cochette, on zigzague à droite et à gauche sur la crête pour contourner les obstacles. En suivant le balisage bleu, le sentier est évident.

Il faut cependant être vigilant sur deux ou trois passages un peu aériens.

C’est une succession de montées et descentes sur l’arête et il faut parfois mettre les mains. Mais les prises sont nombreuses.

L’arête de la Bade vient finir sur le col de la Cochette.

Pour les personnes moins sûres d’elles, il est possible d’y aller à plusieurs et de prendre 15 mètres de corde pour les assurer avec une main courante .

Une autre solution est de faire le sentier dans le sens contraire, les difficultés se passant généralement mieux dans le sens de la montée.

Au col de la Cochette (1694m), je décide de passer au Colombier et de redescendre sur la croix de Rossanaz.

Le chemin est en face et monte droit dans l'herbe par un sentier non balisé mais évident.

le dénivelé est de 450m supplémentaire sur un parcours assez raide mais régulier.

La croix du Colombier est toujours en bois, contrairement à celle de Rossanaz qui a été foudroyée en automne 2012 puis reconstruite en inox en 2013.

Du sommet, très beau panorama sur les Bauges jusqu'au lac d'Annecy au loin.

On est en face de Margériaz et ses pistes de ski. Au sud, la Galoppaz... et la Chartreuse.

Pour atteindre Rossanaz, au 1er tiers de la descente du Colombier vers le col du même nom, on peut prendre sur la droite un sentier qui part à flanc de montagne.

D'abord bien marqué, il se perd un peu à mi-traversée pour ne plus exister à certains endroits, faute de passage suffisant. Plus loin, il réapparait bien.

Rester assez haut dans la pente et viser sous le dernier rocher où le sentier est bien marqué.

Du col de Rossanaz (1782m), prendre en face vers la belle croix de Rossanaz (1891m).

Un peu avant, dans un creux, une petite croix noire a été scellée pour la messe qui est dite tous les ans le dernier dimanche de juillet, et cela depuis 1944 !

Une table d'orientation, plus au sud, domine la croix de Rossanaz.

On surplombe nos gites et les hameaux des Sauges, Attilly et Villaret. Plus loin, les 4 plans d'eau du chéran (la Motte, le Châtelard et les deux de Lescheraines).

Descendre à l'arrivée de la combe du cheval (env 1700m) et remonter vers le col du Colombier, en face (1799m).

Dans la montée, plusieurs terriers de marmottes.

Justement, une ne m'a pas vu arriver ni senti et je me suis approché d'elle à environ 10 m. Pas fréquent en Bauges où la fréquentation de randonneurs est modeste par rapport à d'autres massifs. Les marmottes 'baujues' sont méfiantes !

En prenant de niveau en direction du rocher sur la gauche, on peut aller à la grotte du mineur, maintenant marqué sur les cartes IGN et Géoportail.

La grotte est naturelle. Mais elle a été creusée ensuite profondément.

Pour la visiter, une lampe est indispensable.

Déjà, sur le rocher à l'extérieur, on peut remarquer des inscriptions. Une représentation d'une maison et à droite, deux nom gravés: MIGUET et NICOUD. Ce sont des noms de familles des Aillons.

Puis à l'intérieur, après la partie naturelle (un peu éboulée), on arrive vite sur un beau tunnel taillé dans la pierre.

On se tient debout aisément.

Il se sépare ensuite en deux, la partie de gauche plus étroite et presque rectiligne et celle de droite plus large et faisant une courbe.

D'une quinzaine de mêtres environ, les deux 'branches' se retrouvent et communiquent par un petit trou de 15 cm.

Cette tanne du mineur serait l'oeuvre de 2 hommes, un père et son fils qui auraient cherché de l'or. Puis se disputant, ils seraient partis séparément (l'embranchement) et se seraient entretués en se retrouvant au bout du tunnel.

C'est une légende que j'ai entendue étant jeune. Je ne sais pas ce qui est vrai ou faux.

En tout cas, rien n'est naturel dans ces tunnels et cela laisse envisager un très gros travail (environ 75 m linéaires creusés manuellement).

Continuer la montée au col du Colombier puis redescendre sur le chalet de Rossanaz où l'alpagiste emmontagne avec des chèvres. C'est peu fréquent en Bauges, c'est plutôt vaches en alpage :)

Du côté de la croix de Rossane, c'est un troupeau de génisses.

Du col de la Cochette (1694m), on redescend sur la large route pastorale, vers Aillon-le-Jeune.

Plus bas, au lieu-dit ‘ Bois de St-Bruno ‘ (1400m), laisser la route pour prendre le sentier du GR96, direction Aillon-le-Jeune. Le balisage est blanc et rouge.

On attaque un sentier à plat, bien tracé, qui rejoint vite une piste forestière sur quelques centaines de mètres. La quitter sur la gauche pour entamer une très longue mais agréable traversée en forêt, avec quelques légères remontées.

Attention, le retour du col au parking de Crévibert est cependant long.

Après un passage au pied d’une petite falaise, on retrouve la bifurcation GR / sentier des rochers de la Bade où l’on descendra sur Crévibert, hameau d’Aillon-le-Jeune.

La boucle totale décrite ci-dessus fait environ 1700m de dénivelé. Le choix se fait au col de la Cochette si retour immédiat ou pas.

Retour en haut de page