Entre Coutarse et Chaurionde.
Sur le sentier, entre Coutarse et Chaurionde. - Massif des Bauges - Savoie.

Accueil // Marches & rando. // Rando - XXL // Chaurionde, option mouflons.

La pointe de Chaurionde, option mouflons !

.

Une rando sur un des plus beaux sommets des Bauges, par beau temps et accompagné de bons amis. Rajoutez une horde de 200 à 250 mouflons sous Chaurionde. On signerait pour moins que cela !

On est parti de Nant Fourchu pour Chaurionde (via Coutarse) et retour par le col d'Orgeval puis mont de la Coche - Tré le Mollard et descente au Coudray (Hameau de Jarsy), où l'on avait posé un véhicule.

Le trajet décrit fait environ 1700 m de dénivelé. Rando faite le 18 juillet 2017.

PS : Diaporama maxi-taille en cliquant sur les photos + roulette de la souris (ou flèches) pour le défilement.

De nos gites, prenez la direction des 'Bauges Devant' jusqu'à Ecole en Bauges puis remontez le Chéran en dépassant 'Carlet'.

Du parking de Nant Fourchu (996 m), suivre la route goudronnée.

Laisser la montée pour Orgeval (sur votre gauche) et continuer vers l'est.

La route va revenir plein ouest puis se transformer en chemin d'alpage et obliquer au nord.

Le suivre jusqu'à la bifurcation avec Orgeval, il faudra alors prendre à droite et monter à la maison forestière de Coutarse (1604m).

De Coutarse, le sentier part derrière la maison et suit la crête.

Comme très souvent en montagne, attention par terrain humide, ça peut glisser.

D'abord en forêt, le petit chemin se retrouve en zone herbeuse dégagée.

La montée se raidit (entre 1750 et 2100) et le paysage se magnifie au fil de la progression.

Sur la droite, le col du Haut du Four puis l'alpage d'Orisan. En automne, les paysages, l'ambiance et les couleurs sont magnifiques vers le Grand Roc.

En face, la pente herbeuse de Chaurionde avec les ravines sommitales creusées par l'érosion. Splendide et caractéristique de ce sommet.

A noter, depuis la maison forestière de Coutarse jusqu'au sommet, le sentier est en pointillé sur la carte mais il est bien marqué sur le terrain. Aucune difficulté, juste être prudent.

Au point côté 2117 sur la carte IGN, on rejoint le sentier qui vient du col du Drison, un des autres accès possibles à la Pointe de Chaurionde.

En 10 minutes, on arrive au sommet par une jolie montée finale avec l'herbe / ravines coté ouest et les éboulis de l'autre.

Au sommet, la croix de Chaurionde a été redressée tant bien que mal, après la foudre.

De la pointe de Chaurionde, très belle vue. Au nord, La pointe de la Sambuy et le lac d'Annecy. Vers l'ouest, l'Arcalod, sommet culminant des Bauges (2217m).

Par temps dégagé, la chaine des Aravis et le Mont Blanc, côté est, sont bien visibles.

Au sud, les sommets de la réserve des Bauges : Arménaz, Pécloz, Arces, Arlicots, Arclusaz.

Le retour peut se faire en boucle par l'alpage d'Orgeval. C'est plus sympa et l'alpage est agréable. Pas plus difficile (mais du chalet, c'est une piste d'alpage).

le sentier côté ouest descend d'abord en 5 ou 6 lacets bien espacés dans l'herbe.

C'est sur notre droite en descendant, coté Sambuy, que nous avons vu les mouflons couchés dans les éboulis.

On était quand même bien loin mais au-dessus d'eux.

Nous avons poursuivi notre descente vers le col d'Orgeval. En perdant de l'altitude, nous avons fini par ne plus les voir.

Nous avons donc décidé de nous approcher à flan de montagne.

En coupant dans les éboulis vers la Sambuy et en suivant des petits sentiers faiblement marqués (qui s'avéraient être faits par les mouflons eux mêmes, avec empreintes de sabots a l'appui!), nous avons pu nous en approcher.

Et en voir beaucoup ! Sur la vidéo, j'en ai compté entre 200 et 250. Les photos sont prises au zoom.

La population de mouflons de la Réserve des Bauges est suivie depuis son introduction en 1954-1955.

6 mâles et 6 femelles ont été introduits en novembre 1954, suivis de 4 mâles en mai 1955 suite à une mortalité constatée de 5 individus.

La population de mouflons était estimée à 90 individus en 1960 puis oscille vers 200-300 autour des années 70.

A partir de 1968, la chasse est autorisée une semaine en septembre avec moins de 6 mouflons abbattus par an.

Depuis 1975, les prélèvements deviennent plus importants avec des animaux tirés dans la réserve en plus de ceux exportés pour le repeuplement extérieur. Selon la population, les tirs et captures sont adaptés.

La comptage consiste à faire parcourir vingt-quatre itinéraires simultanément par deux observateurs durant la première semaine de juin. Puis recoupage pour éviter les doublons.

Entre 1980 et 2005, le nombre de mouflons fluctue entre 200 et 450.

PS: Certaines photos sont extraites de la vidéo faite au zoom et donc moins nettes.

4 à 5 secteurs sont principalement colonisés par les mouflons en Bauges.

Sous la Sambuy, où nous les avons vus. Sous le mont de la Coche, coté Orgeval, où nous avons remarqué les mêmes traces dans les éboulis. Entre l'Arcalod et le col de Cherel. Et dans le vallon de l'Arclusaz.

Des mouflons en plus petits groupes ont été vus ailleurs, notamment à Rossanaz-Colombier.

Le sentier pour Orgeval passe 'Sous Chaurionde' (pancarte - 1858m) puis rejoint le col d'Orgeval(1732m).

Le retour par l'alpage et la descente du 'gros Fayard' fait une rando d'un peu moins de 1200m de dénivelé.

Pour info, la famille Aymonier du Chatelard emmontagne les vaches depuis très longtemps à cet alpage.

Au chalet, possibilité de petite restauration ainsi que de passer la nuit en refuge, en face du chalet.

Cela permet de faciliter l'accès au sommet pour les marcheurs moins aguérris.

Du col d'Orgeval, il est possible de redescendre sur le Coudray, à Jarsy. Mais c'est plus long.

Il faut avoir poser une voiture (ou un vélo) le matin car le départ de Nant Fourchu est à plusieurs km.

Mais le sentier jusqu'à la Coche est particulièrement agréable.

Après être passé au pied de l'Arcalod, continuer toujours vers le sud pour passer au col entre la Coche et Tré le Mollard.

Le sentier est bien tracé.

En face, sous la Coche, côté est, les mêmes traces dans les éboulis. C'est aussi un secteur possible pour voir des mouflons.

Du col entre la Coche et Tré le Mollard, l'accès à ces 2 sommets très proches se fait aisément.

Pour la Coche, l'arête ouest est raide et la pente soutenue. Mais on est vite au sommet.

Au pied de Tré le Mollard, il y a une superbe dalle calcaire avec des petites rigoles d'érosion. C'est assez spectaculaire, ce que de l'eau de pluie et les siècles peuvent créer comme paysage !

Du sommet, splendide vue sur l'enfilade d'arêtes et de rochers jusqu'à l'Arcalod.

Et tous les sommets des Bauges qui nous entourent !

Nous sommes le 18 juillet 2017 mais en fin de journée. L'année précédente, j'étais monté début septembre à l'Arcalod en passant par la Coche / Tré le Mollard mais assez tôt le matin.

L'orientation du soleil et les ombres portées sont à l'opposé d'alors. Mais c'est toujours aussi beau, sauvage et tranquille.

Il faut penser à redescendre même si l'envie n'y est pas.

Retour au col entre la Coche et Tré le Mollard avant de basculer côté Jarsy, vers l'ouest.

Il faut suivre le sentier en passant un passage un peu friable.

Deux pitons sont fixés dans la pierre pour rassurer si besoin avec un bout de corde. Par temps sec, ça passe bien.

Un peu plus bas, il faut passer sur votre droite, remonter sur la butte pour éviter un passage délicat.

Plus loin, on arrive au Plan de la Limace (1705m) avec plusieurs chalets en ruine et ce qui reste d'une cave.

Plus bas, le troupeau de vaches laitières d'un Gaec de Jarsy retourne au paturage après la traite.

On arrive en vue de la Croix d'Allant, balade accessible depuis le Coudray de Jarsy.

Reste à descendre au Coudray soit par le Chargieu soit par le bois du Replat.

On choisit la 1ère option, sur la piste, mais les temps de descente ne sont pas significativement différents.

Le trajet décrit fait environ 1700 m de dénivelé. Il permet de passer par le sentier entre la Coche et le col d'Orgeval, secteur que j'apprécie vraiment.

Si vous partez tôt, vous avez de bonnes chances de voir des animaux.

Retour en haut de page