La réserve de chasse des Bauges  - Massif des Bauges
Vue sur les Hautes Bauges, avec le Pécloz et l'Arcalod - en dessus de 2000 m - Massif des Bauges

Accueil // En savoir plus... // Travaux salles de bains

Travaux dans les salles de bains dans nos gites, en Bauges

Gîte 'Semnoz' (81103) avec une chambre au RDC. Gîte 'Rossanaz' (81104) avec deux chambres au RDC. Gîte 'Trélod' (81105) avec deux chambres à l'étage. Gîte 'Margériaz' (81109) studio à l'étage.

Depuis 2000-2001, ma femme et moi-même, avons repris les gites que mes parents avaient créés en 1983 et commencé à louer 2 ans plus tard.

Ci-dessous, les principaux travaux de rénovation dans les salles de bains.

Pour les curieux, vous pouvez aussi aller voir les autres travaux d'intérieur ainsi que les travaux d'extérieur.

PS : Diaporama maxi-taille en cliquant sur les photos + roulette de la souris (ou flèches) pour le défilement.

La SDB du gite 81103 (gîte avec une chambre).

En novembre 2011

Nous avons commencé les travaux avec la réfection de la salle de bains du gite 81103.

Compte-tenu du temps de rénovation, nous faisions les travaux en période de basse saison.

Pour le sol, ne voulant pas casser le carrelage, nous avons collé des lames PVC imitation parquet bois avec de la colle sèche pour ne pas voir les joints des carreaux.

Nous avons ensuite enlevé le vieux lavabo et installé le meuble en teck, avec sa vasque posée et son robinet.

Puis restait à changer le miroir, l'abattant des toilettes...

Début mai 2021

Disposant de 2 jours complets, je m'attaque à la façade de la baignoire du gite le "Semnoz". Comme pour le gite "Trélod" (81105), je démonte le meuble, casse le devant en faience, prépare le sol et pose la stucture.

Puis je découpe les lames, les ajuste au mieux, les poses et les lasure en 2 couches.

Jusque là, le travail est identique à celui fait précédemment dans le gite 'Trélod'(81105).

Le bas du vasistas étant mal fait (car pas assez pentu ainsi que des joints trop nombreux & mal conçus), je dois refaire la faience pour mieux l'incliner (--> évacuation de l'eau).

Je commence à 'décoller / casser' la faience sur une chute de placo des travaux précédents puis après un essai concluant, je démonte celle de la tablette de la baignoire puis de la fenêtre.

Je rebouche quelques faiblesses du placo. Je laisse sécher. Puis je passe un primaire d'accrochage avant le ragréage.

Après séchage, découpe et pose de la faience.

Enfin, je fais les joints des carreaux, y compris ceux sur la périphérie de la baignoire. Je remplace aussi le mélangeur par un mitigeur.

le résultat est bon. Peu de joints correctement fait avec une pente suffisante, l'humidité ne stagnera plus !

La peinture (des murs en faience) de ce gite sera faite plus tard.

A ce jour, il reste le plafond à refaire puis 2 ou 3 détails de déco à finir. Mais le plus important est fait.

Retour en haut de page

La SDB du gite 81104 (gîte avec deux chambres, au RDC).

.

En novembre 2012

Nous avons changé le meuble-vasque du gite 81104, en rez-de-chaussée, avec deux chambres.

Et puis mis du lambris au plafond. Le sol sera refait ultérieurement, faute de temps disponible.

Rénovation totale de la salle de bain du gite 81104, en novembre 2021.

En 2011-2012, nous avions décidé de rénover toutes les salles de bains. Nous avons commencé par les autres et pour celle de ce gite , nous avons toujours pensé qu'il était préférable de la refaire totalement (Enfin, plutôt Madame car c'est moi qui fait les travaux)...

C'est à dire TOUT casser et tout refaire à neuf. Un délicat point technique a toujours été la fenêtre abattant qui est dans le volume direct de la future douche.

Après discussion récemment avec une architecte d'intérieur, un plombier, une entreprise de rénovation... et autres personnes, nous avons enfin arrêté notre choix sur la solution qui est présentée ci-dessous.

En plus de la salle de bains, le dégagement et les WC seront également rénovés.

En résumé, on enlève tout (baignoire, meuble, chauffe-eau, WC, carrelage, faience...) et on installe une douche, un vrai meuble en 80 cm, un chauffe-eau extra plat, des WC suspendus, carrelages et faiences...

A tout cela, va se rajouter les surprises (mauvaises mais parfois bonnes) qui arrivent en cours de travaux...

Je commence les travaux dès le week-end du 11 novembre. J'ai jusqu'au 19 décembre 2021 en délai de travaux.

Je démonte les lambris au plafond. Et je démonte le meuble, support du lavabo.

Puis j'enlève la faience sur le placo, côté chambre. Elle part facilement, sans dégat du support, avec un burin fin et large (1ère bonne surprise). Il faut dire que c'est de la faience de 15 cm de côté, donc assez fine, et que le placo est alvéolé (double paroi avec les alvéoles carton collées entre) donc assez costaud, rigide et donc résistant.

En face, c'est un mur porteur et cela va encore mieux et plus vite.

Puis je casse le carrelage du sol de la salle de bains, du dégagement et des toilettes.

C'est tout le même carrelage de 10 par 20 cm de côté qui part très facilement et proprement.

Il n'y aura pas besoin de faire un ragréage (2ème bonne surprise).

Pour le démontage de la baignoire, je bataille pour dévisser les raccords de robinets qui ne sont pas accessibles. Heureusement, avec l'aide d'un vacancier sur place, nous arrivons à nos fins (difficilement quand même !).

Je profite de sa présence pour descendre le cumulus de 200 L au sol et le trainer à l'extérieur.

Je démonte et évacue les toilettes.

Puis j'arrive à la partie délicate de la phase déconstruction : la faience au dessus de la baignoire, côté vasistas.

la faience à été posée pratiquement sans joints et l'étanchéité est donc déficiente, surtout après 35 ans ! Et le placo support est du BA13 classique et non du BA13 hydrofugé (résistant à l'eau).

Le résultat est sans appel : aux endroits vraiment exposés (partie basse), la faience s'enlève sans trop de dégats mais le support placo est trop endommagé. Il faudra le changer. Ce n'était pas prévu !

Plus haut, la faience tient mieux sur un support en meilleur état. Mais le placo ne tient pas sous les coups de burin, même délicatement.

Comme c'est une cloison sur rail (placostil), je décide de tout casser (sauf les rails) et de refaire ensuite la cloison en BA13 Hydro. 2ème mauvaise surprise qui n'était pas prévue non plus !

Puis je mesure et perce la dalle pour l'évacuation du futur receveur.

Dans les toilettes, 3ème mauvaise surprise : l'espace libre devant les toilettes est vraiment limité. Je casse donc la cloison du fond pour gagner quelques prècieux centimètres.

Ensuite, il va falloir trouver un raccord excentré pour installer le WC dans cet espace restreint. Pas gagné...

Puis je décolle au décapeur thermique le raccord PVC de la colonne d'évacuation qui descend de l'étage.

Après pas mal de travaux de déconstruction, j'évacue un premier chargement de gravats à la déchetterie avec 300 l de placo, carrelage, faience... ainsi que le chauffe-eau, la baignoire + les toilettes.

Cela fait de la place et c'est bon pour le moral ! Avec cette histoire de WC, j'en ai besoin.

Dans la salle de bains, je pose 2 rails manquants et je rajoute 5 cm de laine de verre sur toute la paroi qui est exposée nord.

Je commence à refaire la cloison placostil du fond. Avec le BA13 hydro + une étanchéité SPEC (Système de Protection Sous Carrelage), cela devrait être top.

Après un RDV sur place avec le plombier pour estimer le travail de soudure, je suis rassuré. Il est compétent et de bon conseil. Un pro, quoi!

Rendez-vous est pris pour le vendredi 3 décembre 2021.

Je réalise la saignée pour les arrivées d'eau de la douche. Et je coupe les tuyaux cuivre du chauffe-eau et pose les raccords bicone avec les 2 flexibles souples inox.

Pour info, 5 jours de travail. Ça avance.

La 4ème mauvaise surprise, c'est le vasistas. Comment laisser un abattant en bois de 35 ans (certes en relatif bon état) dans un environnement complètement refait à neuf ?

Le fabricant de menuiserie local qui m'a fabriqué et posé les deux portes-fenêtres et les sept fenêtres des gîtes m'annonce un délai courant mars 2022.

Je cherche donc en magasin 'physique' un abattant PVC aux dimensions approchantes et surtout en stock.

Et j'en trouve un sur Chambéry. La largeur est vraiment idéale, mais il y a 10 cm de plus en hauteur.

Qu'à cela ne tienne, je rectifierai la maçonnerie et aggrandirai l'espace de pose.

Cela me prend pas mal de temps mais le résultat est bon.

En plus de l'aspect esthétique et thermique, la surface utile de vitrage est augmentée de presque moitié.

On voit sur 2 cm en partie supérieure et infèrieure la pierre de taille extérieure mais cela n'est pas génant.

Concernant le bati du WC suspendu, j'arrive à trouver, par chance, un adaptateur excentré pour réhausser l'évacuation de 6 cm sans utiliser un manchon flexible qui prendrait trop de place. Il n'y en a pas !

Ensuite, je dois souder 2 pièces pour rallonger les pieds car les trous de fixation d'origine se trouvent sur des tuyauteries existantes.

Puis je calfeutre le pourtour de la fenêtre avec de la mousse expansive en bombe.

Je colle alors les calicots aux bordures des plaques que je jointoie.

J'évacue un 2ème chargement de gravats à la déchetterie avant de commencer le carrelage des WC et du dégagement, les deux étant en prolongement.

Après un peu de réflexion, j'attaque la pose. Cela va plutôt bien.

Les WC / dégagement / salle de bains n'ayant pas de gros soucis d'équerrage, j'arriverai à tricher un peu pour un beau résultat.

Pour les découpes (aux portes), je réalise des 'patrons' en carton que je reporte sur l'envers du carrelage.

Cela me facilite le travail, permet de mieux ajuster et me fait gagner du temps.

Les WC + dégagement me prennent beaucoup d'heures mais j'arrive bien à ras de la salle de bains, comme prévu, et cela devrait aller plus vite pour la suite.

Début décembre, le plombier vient faire les raccords pour l'eau et condamner par soudure l'évacuation de l'ancienne baignoire.

Pendant sa présence, je travaille sur le bati et murs des toilettes pour la fixation du chassis et placo frontal.

Je continue ensuite le carrelage et parallèlement, je commence les joints sur les parties séches.

Il faut ensuite finir la cloison (côté fenêtre) en fixant des tasseaux pour visser les placos dessus. La 'niche de la fenêtre' faite, j'injecte de la mousse isolante expansive derrière.

Puis je jointoie les jonctions de placo et les angles rentrants et sortants de la 'niche fenêtre'.

Pour assurer l'étanchéité de la cloison, je passe deux couches de SPEC (Système de Protection à l’Eau sous Carrelage) avec les bandes adaptées aux jonctions des plaques.

Pour le chauffe-eau extra plat (28 cm), je dois renforcer la cloison qui va le supporter. Je fixe 2 baguettes de 5 mm au mur (pour la ventilation) et cheville la plaque OSB 15 mm dessus.

Je visse les 2 platines de fixation et après deux couches de peinture, j'accroche définitivement le chauffe-eau.

Pour poser le receveur extra-plat de la douche, je préfère maçonner une bordure en béton de 10 cm de large pour avoir un support vraiment stable.

Puis je carrèle le petit côté et travaille bien les niveaux.

Au centre, je fixe au sol 4 pieds supports en PVC, réglable en hauteur.

Je raccorde la prise de terre existante sur les 2 tuyaux d'arrivée d'eau et j'installe la bonde d'évacuation.

Après un essai à blanc, je fixe définitivement avec un cordon de colle mastic sur la périphérie du receveur. Avec un poids de 55 kg, je ne pense pas qu'il bouge !

Je réalise ensuite l'évacuation de la douche au sous-sol en me piquant sur le tuyau de 100 mm.

Une fois tous les PVC collés, je visse par le dessus la bonde et je fais les joints en silicone en bordure du receveur.

Je commence ensuite le long travail de découpe et pose de la faience.

La prise de niveau et le démarrage de la 1ère rangée est délicat.

Je coupe les tuyaux du futur meuble-vasque à la bonne dimension et prépare les raccords.

Puis à la 4ème rangée, je suis à hauteur du vasistas et les découpes se multiplient. Et les temps de travaux augmentent en conséquence !

Je pose à blanc puis colle ensuite le lot pour éviter au maximum les erreurs et/ou défauts visuels.

Les joints sont faits en décalage, le temps que la colle sèche.

Passée la mi-hauteur, cela va plus vite. La découpe pour le mitigeur de la douche et l'arrivée du spot electrique ne pose pas de souci.

Dans les toilettes, je fixe définitivement le bati, silicone le raccord excentré et je pose le placo.

Je démarre la faience des toilettes. C'est une petite surface et cela va plus vite malgré les découpes.

Après les joints, je pose la cuvette.

Pour la douche, je fixe la barre verticale et installe la paroi de 8mm. La barre supérieure évite le dévers et stabilise le tout. Après le silicone, cela va bien.

Je monte le robinet sur la vasque, elle-même sur le meuble que je viens de poser.

Je raccorde les arrivées d'eau ainsi que l'évacuation.

Au dessus, le petit meuble et le miroir s'accordent parfaitement. Le spot LED apporte une touche sympa.

Un 3eme chargement à destination de la déchetterie est fait, principalement de carton d'emballage de tous les matériaux utilisés.

Puis il y a le ménage général de tout le gite à faire

Il reste quelques finitions et détails à finir, notamment le plafond, changer la lumière et finaliser la bordure vers le chauffe-eau.

Pendant ces presque 6 semaines, j'ai passé 240 heures en travaux. Avec mon activité principale, mes semaines étaient bien remplies...

Mais passé les fêtes de fin d'année, je reprends les travaux plus tranquillement.

Je repose le lambris au plafond.

Je remplace la lumière par un spot(x4)LED.

Puis je rajoute une rangée de faience derrière la porte et je change le radiateur.

Je pose un nouveau porte-serviettes.

Dans les toilettes, un petit réglage et finition définitive de la trappe du bati.

.

.

La SDB du gite 81105 (gîte avec deux chambres, à l'étage).

.

En octobre 2013

Nous avons installé un meuble de toilette en teck avec une vasque posée. Nous avons aussi travaillé la décoration générale.

Relooking de la baignoire / SDB en avril 2021.

Depuis longtemps, les façades avant des baignoires ne nous plaisant pas, nous avons décidé de les refaires.

Exit la faience, place à l'épicéa thermo chauffé. Je commence par le gite 'le Trélod', à l'étage.

Après repérage de la trappe de visite et démontage de cette dernière, j'ai inspecté les lieux. Rien de spécial à signaler, le sol est carrelé sous la baignoire et elle est posé dessus.

Je démonte la faience proprement, évacue et nettoie les lieux avant de poser en bas et sur les 2 côtés la structure qui va recevoir la nouvelle façade.

Je découpe les 3 lames une par une pour les ajuster au mieux. Travail un peu long et minutieux.

Puis je les solidarise définitivement ensemble avant de les poser in situ. Une fois ajustée au mieux, je redémonte la façade pour la lasurer 2 couches avant la fixation définitive.

J'ai choisi de l'épicéa thermo chauffé pour sa stabilité dimensionnelle ainsi que temporelle. Après 2 couches de traitement, j'espère que cela sera stable et esthétique.

Avec ce 3eme confinement (avril 2021) et donc aucune location, je décide aussi de repeindre la faience de la SDB.

Je démonte intégralement tous les meubles, patères, miroir, radiateur, plinthes... et rebouche plusieurs trous dans la faience.

Puis un travail long et fastidieux commence: je gratte minutieusement tous les joints et traces de silicone avant de nettoyer à la lessive de soude toute la surface.

Je comble ensuite au mieux les creux en bordure de la baignoire pour éviter l'emploi du silicone (Ce dernier vieillissant mal et noircissant rapidement).

Vient alors le temps de la peinture. C'est une spéciale 'rénovation' de chez V33, avec une dosette de durcisseur à mélanger. L'application est classique, avec 6 heures de séchage entre chaque couche.

Après 3 couches, en ayant trop pour la surface, je repeinds également les WC.

Puis je change le miroir par un autre plus design avant de remonter les accessoires.

Auparavant défraichie et banale, le gite a maintenant une salle de bains dans l'air du temps avec son coloris 'Taupe'.

La SDB du gite 81109 (studio, à l'étage).

.

A l'automne 2013

Nous avons changé le lavabo sur colonne du studio par une vasque posée sur un meuble de toilette en teck.

Puis nous avons posé du lambris au plafond et repeint en couleur taupe un mur.

Le chauffe-eau & rangement du studio en mars 2021.

Les gites de la Fruitière ayant été crées en 1985 par mes parents, les chauffe-eaux (4 - un par gite) datent de cette année là.

En juillet 2015, celui du gite "le Semnoz" a laché et remplacé de suite par un plombier. Depuis, je sais que les trois autres vont "suivre le même chemin".

Et ce qui devait arriver est arrivé ...!

Fin février 2021, le chauffe-eau du gite "Margériaz" (studio à l'étage) à commencé à fuir. Par chance, la fuite était minime, de l'ordre de quelques litres par jour tout au plus et la famille en vacance n'a pas été genée.

De plus, je m'étais justement renseigné récemment sur les chauffe-eaux extra plat (pour la réfection de la SDB du gite 'le Rossane').

Le plombier ne me rappelant pas, j'ai décidé de changer moi-même ce chauffe-eau.

C'est quand même un chantier un peu stressant pour un non-professionnel car je ne l'ai jamais fait. Et je ne suis pas serein avec la plomberie, il y a souvent une micro fuite qui peu venir à la remise en eau...

Et puis, les magasins de pièces et accessoires sont à 30 kilomètres. Il faut bien anticiper les besoins !

Confiant, je me lance quand même. Et la saison n'ayant pas démarré (début mars), je dispose d'un peu de temps, au cas où...

Après l'achat du cumulus, groupe de sécurité, raccords, flexibles inox et autres, je me lance dans le démontage de l'ancien de 150 L.

Bonne nouvelle, peu de tartre après 35 ans de service.

La mauvaise, c'est le poids du bestiaux. C'est lourd comme un âne mort...! Bref, une fois au sol, ça va mieux.

C'est une fois démonté que je me suis rendu compte des possibilités de réaménagement de l'espace.

J'ai donc poncé/dépoussiéré puis passé 2 couches de peinture.

A la fixation des accroches, mauvaise surprise : le mur de support est en brique. Je dois donc renforcé les alvéoles en les remplissant avec du ciment prompt.

Une fois séché 24h, j'accroche le nouveau chauffe-eau et je fais la mise en eau.

Quelques jours plus tard, je fixe les 2 crémaillères pour les étagères. Il ne me reste plus qu'à les découper.

Avec le recul, je suis très satisfait du travail accompli et d'avoir acquis un nouveau savoir-faire. Savoir faire qui me servira fin 2021 pour refaire entièrement la SDB du gite 'Rossanaz'.

Retour en haut de page

Retour en haut de page