En route vers Orgeval.
Montée dans l'alpage d'Orgeval - Massif des Bauges - Savoie.

Accueil // Marches & Rando // Sentiers découvertes // Spéléo Rando de Margériaz.

La Spéléo Rando de Margériaz.

.

La Spéleo Rando de la Tanne du Névé vous permet de visiter le monde souterrain de Margériaz, en totale autonomie et à votre rythme.

Des passerelles et des échelles sont là pour faciliter et sécuriser votre progression. Les panneaux explicatifs jalonnent le parcours.

Mon conseil, faites le. C'est grandiose !

PS : Diaporama maxi-taille en cliquant sur les photos + roulette de la souris (ou flèches) pour le défilement.

De nos gites, rejoindre le stade de neige de Margériaz (vers les Aillons). Dans la montée, dans la 5ème et avant dernière épingle, prendre le chemin à plat jusqu'à la Place à Baban.

Du parking de la Place à Baban, prenez le sentier des Tannes et Glacières en sens inverse (suivez les balises). Montez pendant une vingtaine de minutes jusqu’à la Tanne au Névé. Puis obliquez plein Sud sur 150 mètres pour découvrir la grotte de la Porte Cochère, une faille qui s’enfonce et abrite l’entrée de la Spéléo Rando.

J’ai fait ce sentier découverte le 19 juillet 2015 et il faisait environ 10° à l’intérieur avec pourtant de fortes chaleurs à l’extérieur. La température peut descendre jusqu’aux alentours de 5°C et geler en hiver.

Le parcours est fermé entre la fin de l’automne et le printemps (se renseigner à la mairie d’Aillon le Jeune pour consulter les dates d'accès libre).

Avec un spéléologue professionnel, l'accès peut aussi se faire pour les groupes en période de fermeture.

Le parcours aménagé est une toute petite partie de l’un des réseaux les plus profonds de Savoie : le réseau de la Tanne aux Cochons. De très nombreuses galeries, puits et grottes serpentent sous le massif de Margériaz sur une quarantaine de kilomètres.

La cavité de la Tanne aux Cochons s’enfonce jusqu’à 825 mètres sous la surface (partie explorée) et est parcourue par une rivière (souterraine) qui suit l’inclinaison des strates et jaillit à la résurgence de la Cascade du Pissieu, à quelques kilomètres de nos gites.

Autrefois, une rivière souterraine a sculpté la roche. Les creux sur les parois (appelés ‘ coups de gouges’ ) indique le sens et la force du courant (photo ci-dessus). Et la courbe de la pierre creusée est impressionnante !

Plus loin, un piège à froid où le gel hivernal attaque les couches inférieures et les zones moins denses.

L’eau s’infiltre en profondeur par les nombreuses failles et fractures dans la roche calcaire. L’eau de pluie, légèrement acide, dissout le calcaire et forme des galeries, et cela depuis des millions d’années. Ce lent travail d’érosion modèle le paysage de surface et creuse en souterrain. C’est pourquoi, il n’y a plus de ruisseau en surface.

L’eau du stade de neige a longtemps été acheminée par camion. Et il n’y aura donc jamais de canon à neige sur Margériaz.

Mais Margériaz possède une géographie et un micro-climat favorable à l'accumulation de neige.

La jauge à neige, sur la paroi de la Tanne, a été installée en 1995, date d’études sur le fonctionnement des glacières. Sa hauteur (plus de 7 mètres), laisse augurer de la quantité de neige qui peut s’accumuler en période hivernale !

NB : Il reste un peu de neige au fond de la Tanne. La photo a été prise le 19 juillet 2015 et pourtant l'hiver précédent n'a pas été très neigeux.

Le port du casque + éclairage est obligatoire ainsi qu’une tenue adaptée (chaussure de sports fermées et vêtements chauds).

La progression se fait parfois dans des passages étroits. Une certaine souplesse est quand même nécessaire sans être toutefois contorsionniste !

En général, les enfants adorent le parcours.

Vous passerez successivement par la salle des échelles, la salle des fossiles, la Tanne du névé et enfin la salle des champignons de glace. La durée aller-retour est d’environ 1h à1h30.

La distance n'est pas longue mais beaucoup de choses passionnantes jalonnent la spéléo-rando de Margériaz.

Des panneaux explicatifs sont installés aux endroits opportuns.

Les stalagmites et stalactites.

Avec le sol et la végétation de surface, l’eau se charge en gaz carbonique. Elle peut alors mieux dissoudre la roche calcaire. A l’air libre de la grotte souterraine, ce calcaire se redépose en formant des stalactites et stalagmites.

Le processus dure des milliers d’années, sauf pendant les périodes glaciaires ou la formation est stoppé par le froid.

La tanne au Névé, au milieu du parcours, est aussi une ancienne glacière, comme d’autres cavités de massif de Margériaz. L’accumulation de neige chaque hiver puis sa transformation en glace était alors une source de revenu autrefois.

Jusqu’au début du XX ème siècle, dans une dizaine de gouffre, la glace était exploitée par bloc, coupée puis enveloppée pour être vendue à Chambéry et Aix les Bains, dans les bistrots et glaciers.

Le soulèvement des Alpes a provoqué l’enfoncement des torrents souterrains plus profondément et le rôle de la dissolution par les pluies acides moins important.

Actuellement, l’eau continue son œuvre mais par le gel et le dégel en fragmentant les parois et en délitant ces dernières.

Les marmittes de géant.

On retrouve aussi des anciennes marmites, créées par les courants circulaires de la rivière souterraine d’alors. Les cailloux, piégés dans le trou, accentuaient l’abrasion et l’érosion de la cavité.

De belles marmites sont visibles dans le chéran, sous le pont de Prérouge, après Lescheraines.

Vous pouvez aussi faire le circuit des Tannes et glacières de Margériaz , de la place à Baban.

Une variante permet de monter par la combe de la Verne et rejoindre le circuit puis la spéléo-rando.

Retour en haut de page